• vendredi 06 décembre 2019 13 h 56

  • Météo

    -1°C

  • Marées

Actualités

31 mai 2013 0 h 55

Percé : un hélicoptère dérange des résidants

PERCÉ – Des résidants de Percé se plaignent du bruit causé par un hélicoptère qui se pose près de chez eux. Ils demandent à la Ville de trouver un autre emplacementà la compagnie Passport-Hélico.

L’été dernier, l’hélicoptère de la compagnie a atterri et décollé à une centaine de mètres de chez Ginette Cloutier et Gérard Dubord pendant un mois. «Le pire, c’est le bruit, dit Mme Cloutier. Il faut rester dans la maison, les portes et fenêtres fermées.»

Le site de Passport-Hélico est situé près de la route 132, à trois kilomètres au sud du quai de Percé. La compagnie offre aux touristes de survoler le rocher Percé et l’île Bonaventure. Cet été, son appareil volera les jours de beau temps, du 10 juillet au 18 août. Le va-et-vient peut durer de 13h jusqu’au coucher du soleil et être aux dix minutes. «Je n’ai rien contre les tours d’hélicoptère, précise M. Dubord, mais je ne suis pas sûr que bien de gens lèveraient leur main pour les avoir à côté de chez eux.»

Marielle Duguay possède aussi une résidence d’été près du lieu d’atterrissage. Elle a mesuré un niveau de bruit de 104 décibels sur son patio. «C’est vraiment désagréable, on ne s’entend pas parler», dit Mme Duguay, qui craint pour la santé de ses oreilles et sa santé globale.

Le voisinage n’est pas unanime sur la nuisance de l’hélicoptère. Lucille Brochet loue ses six chalets Rainbow à côté du site de Passport-Hélico. Ses clients ne se plaignent pas; ils sont partis se promener pendant les heures d’opération, dit-elle. «C’est évident que ça fait du bruit, mais on a besoin de choses pour garder les gens au village.»

Rien à faire, selon le maire

Le maire Bruno Cloutier considère que le dossier est clos, puisque la Ville n’a pas le pouvoir de faire changer la compagnie de place. Le transport par hélicoptère est de compétence fédérale et Passport-Hélico détient son permis de Transports Canada, indique le maire.

«Ça nuit à une ou deux personnes et ça fait l’affaire de centaines d’autres. On travaille pour la majorité», ajoute M. Cloutier.

Au cours des derniers mois, la Ville a proposé à la compagnie un terrain municipal près de la halte routière du Pic de l’Aurore. «Ça ne faisait pas l’affaire de l’entrepreneur», rapporte le maire. La Ville ne voulait pas non plus créer de précédent en louant un terrain, ajoute-t-il.

«Tout pour accommoder», selon le promoteur

Le propriétaire de Passport-Hélico, Yves Le Roux, estime avoir «tout fait pour accommoder» les citoyens mécontents. «On a même offert de louer la maison [des Cloutier-Dubord] le temps des opérations.» L’hélicoptère part et revient par la mer pour éviter de survoler les résidences ou la route, précise-t-il.

Au contraire du maire, M. Le Roux dit qu’il était d’accord pour déménager ses opérations près du Pic de l’Aurore. «On est allés visiter le terrain deux fois pour se faire dire finalement par la Ville que ça ne marcherait pas.»

Étiquettes : ,