• jeudi 12 décembre 2019 23 h 54

  • Météo

    -17°C

  • Marées

Actualités

13 septembre 2012 16 h 27

Pétrole à Gaspé : inquiétude grandissante des citoyens

Partager

Pétrolia installera une foreuse dans le secteur Sandy Beach, à Gaspé, l'hiver prochain, une situation qui provoque beaucoup de craintes chez les citoyens.

La société pétrolière installera la machinerie au bout de la rue Forest à environ 350 mètres des maisons.

La porte-parole du groupe Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé, Lise Chartrand, juge que cette situation est inacceptable. «C’est une preuve de non-respect que de s’installer aussi près des gens, dans un endroit si beau qui pourrait être contaminé. Imaginez la conséquence sur la nappe phréatique, sur la baie de Gaspé», dit-elle.

Elle ajoute que les citoyens du secteur n’ont jamais été informés de l’arrivée d’une telle machinerie.

Des citoyens inquiets

Une résidente du secteur, Lisa Bond, est mère de deux enfants en bas âge. Elle regrette de ne pas avoir eu cette information au moment de l’acquisition de sa maison. «C’est sûr que ça m’inquiète. Je n’aurais jamais acheté ici si j’avais su que la foreuse aurait été installée derrière nous», explique la dame, qui n’était pas informée mercredi après-midi de l’arrivée de cette machinerie.

Une autre, Cathy Archambault, avait un projet en agriculture à moyen terme. «Avec le projet d’exploration derrière chez nous, ça remet beaucoup de choses en question, non seulement celui en agriculture, mais aussi un projet de maison autonome», dit la citoyenne.

«Ce sera quoi l’impact réel d’avoir un champ pétrolier en arrière de chez nous et un puits de pétrole à 300 mètres de notre terre, s’exclame Mme Archambault. Nous, on s’abreuve dans un puits. On se demande si, dans quelques mois, on pourra encore boire de l’eau potable. C’est très inquiétant. On remet tout en question.»

Pétrolia consultera

La vice-présidente de l’entreprise, Isabelle Proulx, questionne la justesse des informations transmises par les militants environnementalistes. «Je dirais que l’information n’est pas véridique. Quand j’entends que le forage horizontal, c’est de la fracturation camouflée, je m’excuse, mais du forage horizontal, c’est la même chose que le forage vertical. C’est une technique utilisée pour aller chercher du pétrole. On ne camoufle pas l’information», dit Mme Proulx.

«Il ne faut pas faire peur aux gens. Il y a des risques associés à l’industrie pétrolière, mais ils jouent sur la méconnaissance des gens», ajoute la dirigeante.

Elle souligne par exemple que des études ont été faites avec l’aide de l’Université Laval sur les bruits produits par une foreuse sur le site Bourque. «Pour nous, c’est ce genre d’informations qu’on veut donner aux gens», explique Mme Proulx.

Elle affirme avoir rencontré plusieurs résidents de Sandy Beach, avouant du même souffle ne pas avoir fait cet exercice avec ceux de la rue Forest.

Une rencontre citoyenne était prévue en décembre, mais compte tenu des inquiétudes exprimées par les gens, elle entend les rencontrer rapidement. «Je prendrai compte de leurs préoccupations et on verra comment changer et évoluer nos affaires afin que tout le monde soit heureux», mentionne la vice-présidente.

À lire aussi

Pétrole à Gaspé : beaucoup de questions, pas de réponse