• mardi 10 décembre 2019 06 h 19

  • Météo

    7°C

  • Marées

Actualités

11 février 2014 7 h 09

Restauration : deux entreprises sévèrement sanctionnées

Partager

GASPÉ – Deux entreprises du secteur de la restauration de la Côte-de-Gaspé ont reçu les deux tiers des amendes émises par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) en 2013, à la suite d'inspections effectuées dans les cuisines des établissements.

Le restaurant-bar Le Bourlingueur, du Carrefour Gaspé, à Gaspé, a reçu un troisième constat d’infraction en l’espace de 18 mois pour avoir « détenu en vue de la vente, un produit altérable à la chaleur sans le maintenir constamment à une température interne et ambiante ne dépassant pas 4 °C jusqu’à sa livraison au consommateur ».

Puisqu’il s’agit d’une deuxième récidive, le MAPAQ a remis une amende de 1250 $.

Le jugement a été rendu le 27 novembre 2013. L’infraction avait été relevée le 19 mars 2012.

Le Bourlingueur avait déjà été condamné le 27 juin 2012 à deux infractions similaires pour des gestes survenus en 2010.

Les amendes avaient été respectivement de 250 $ et 750 $.

Opération sans permis

Les inspecteurs du MAPAQ se sont rendus également au restaurant familial Chez Jeannine, de Cap-des-Rosiers, le 3 août 2011. Ils ont constaté que l’opératrice de l’établissement, Jeannine Chouinard, « exploitait un lieu où est exercée l’activité de restaurateur sans être titulaire d’un permis en vigueur ».

Mme Chouinard a été condamnée à 2000 $ lors du  jugement, rendu le 17 octobre 2013.

L’exploitant, qui opérait à la date de l’infraction, a cessé ses opérations.

D’autres infractions

Au total, huit entreprises gaspésiennes ont été sanctionnées en 2013 pour différentes infractions à la sécurité alimentaire, pour un montant global de 5250 $.

Le resto-bar-spa L’acayenne de CIME Aventures de Bonaventure, a reçu une contravention de 750 $ pour avoir « détenu en vue de la vente un produit destiné à la consommation humaine qui était impropre à la consommation ».

Parmi les faits reprochés aux autres exploitants, on note l’omission de porter un filet ou un bonnet couvrant les cheveux et de ne pas avoir gardé des aliments à la bonne température.

Ces cinq autres établissements ont reçu des constats d’infraction de 250 $ chacun.