• lundi 23 mai 2022 13 h 08

  • Météo

    12°C

  • Marées

Actualités

Concours
31 mars 2022 12 h 19

Texte gagnant de la catégorie « ADULTE, FRANÇAIS LANGUE SECONDE »

Le concours d’écriture de GRAFFICI était de retour en force cette année et toute notre équipe tient à féliciter les gagnants des quatre différentes catégories. Chacun d’eux recevra un chèque-cadeau de 250$ qu’il pourra utiliser dans une librairie agréée de la région, grâce à la contribution financière des caisses Desjardins de la Gaspésie. Nous vous reproduisons d’ailleurs dans les prochaines pages deux des oeuvres gagnantes. Toute cette démarche n’aurait pas été possible sans la précieuse collaboration de Desjardins, de la démarche Complice Persévérance scolaire Gaspésie-Les Îles, ainsi que de nos nombreux partenaires que nous remercions chaleureusement. Merci également à l’instigateur du projet, Philippe Garon, qui a aussi assuré la production de trois capsules vidéo, ainsi que l’offre d’ateliers d’écriture gratuits sur le territoire. Enfin, merci aux membres du jury Sylvie Poisson, Marie-Claire Martin et Alvina Levesque, qui n’ont pas eu la tâche facile afin de départager les oeuvres reçues. Bonne lecture et, espérons-le, à l’an prochain!

Bulles de vie

Sharon Leggo de New Richmond

Retraités et ravis de rayer des choses de notre liste de seaux, mon mari, Fred, et moi sommes allés tête baissée dans une aventure après l’autre!

Nous vivons près d’une belle rivière à saumon, nous avons donc décidé que notre prochaine expérience serait le kayak. Nous sommes entrés dans le stationnement du Canadian Tire, armés d’une remorque et de notre carte de crédit, dans l’espoir de trouver un vendeur compétent. Nous avons opté pour deux kayaks sit-in de 12 pieds (sans jupes), avec pagaies et gilets de sauvetage.

Après quelques fois sur l’eau, j’ai appris que la chose la plus difficile à propos du kayak est d’y entrer et d’en sortir, surtout quand on a mal aux genoux.

Un beau matin de juin, nous avions prévu de descendre la rivière à la baie où nos amis nous retrouveraient. Après mes tracas habituels pour équilibrer le kayak alors que je serrais mes jambes volumineuses dans le cockpit étroit et que je me laissais tomber sur le siège en plastique, nous sommes partis. Fred naviguait bientôt à environ trente pieds devant moi. Il fait partie de ces gens qui aiment tout faire en un temps record. J’ai l’intention de savourer chaque minute, peu importe son impatience!

Il y a quelque chose dans le fait d’être sur la rivière, entourée par la nature et ses créatures qui me donnent l’impression d’être une petite partie de quelque chose d’immense et de merveilleux. Le drame quotidien disparaît et je suis dans ma petite bulle.

Le soleil perçait à travers les arbres et se déplaçait à la surface de l’eau, où les insectes piégés luttaient frénétiquement pour s’échapper avant de devenir de la nourriture pour les poissons. Je pouvais voir des ondulations et des bulles de créatures sous la surface, toutes obtenant leur oxygène de manière si extraordinaire, complètement au-delà de ma compréhension.

Des canards flottaient à proximité, plongeant chacun leur tour pour leur petit-déjeuner. Cela me surprend combien de temps ils peuvent rester sous l’eau et à quelle distance ils refont surface.

Je regarde les rives du fleuve et je me demande combien d’yeux me regardent depuis leurs cachettes secrètes.

Un pygargue à tête blanche a arpenté le territoire juste en amont de son nid dans l’espoir de voir un saumon fatigué se reposer un peu trop près de la surface. Quatre corbeaux ont crié et plongé sur l’aigle, le narguant courageusement. Ils doivent protéger leurs propres nids à proximité.

Je pouvais entendre le claquement de la queue d’un castor quelque part juste derrière moi. Je me tournai de côté pour scruter les eaux à la recherche des petites vagues qu’elles pourraient faire nager. Là, il était sur le point de gravir la berge. Soudain, le kayak s’est arrêté, mais je n’étais pas à terre. J’étais contre un arbre. Ma pagaie s’est prise dans quelque chose et m’a échappé des mains.

Tout mon corps s’est raidi. J’étais en difficulté ! Avant que je m’en rende compte, j’étais sous l’eau, presque complètement à l’envers.

Tout semblait bouger au ralenti alors que je sentais une bulle d’air sortir de ma bouche. Mon gilet de sauvetage travaillait contre moi. Ma moitié supérieure était tirée vers la surface, mais ma moitié inférieure était toujours coincée dans le cockpit. Je n’ai rien vu ! J’ai agité mes bras, impuissante, espérant trouver quelque chose, n’importe quoi pour m’aider, alors qu’une autre bulle s’échappait. Enfin, j’ai touché quelque chose de solide. En m’étirant et en tendant la main de toutes mes forces, j’ai réussi à serrer les deux bras autour de lui. Je me suis tirée hors du siège et j’ai poussé avec mes pieds aussi fort que possible pour libérer mes jambes. Mes poumons se sont vidés et ma dernière bouffée d’air a jailli. C’était maintenant ou jamais, je me battais furieusement ! Finalement, mon corps épuisé a refait surface, haletant et étouffant. Mes bras et mes jambes étaient comme du caoutchouc.

Lorsque j’ai retrouvé assez de force pour me tenir debout, j’ai été surprise de constater que l’eau n’atteignait que la taille. Tremblante, j’ai trébuché sur les rochers jusqu’à l’arbre tombé. Alors que mon corps commençait à se détendre, j’ai ressenti une sensation de brûlure dans mes jambes écorchées. J’avais des égratignures sur les bras et j’aurai probablement des ecchymoses plus tard. Le kayak était toujours calé sous l’arbre et le courant l’y retenait ! Je suis juste heureuse de respirer profondément et de sentir la chaleur du soleil sur mon corps. Je suis en vie!

Fred a ramé contre le courant et m’a trouvée. Il n’avait même pas remarqué que quelque chose n’allait pas jusqu’à ce que ma pagaie flotte à côté de lui. Il l’a récupérée et a ensuite commencé à me trouver. Mon héros!

Avec cette expérience traumatisante derrière moi, j’ai décidé que j’avais besoin d’un kayak assis. Je sais que je me concentrerai toujours sur les nombreuses bulles, éclaboussures, ondulations et plongeons sur la rivière plutôt que sur le chemin à suivre, donc si quelque chose comme ça se reproduit, je veux une évasion facile.

 

Lire les autres textes gagnants 2022 :

Texte gagnant de la catégorie « ADULTE »