• vendredi 06 décembre 2019 21 h 30

  • Météo

    -7°C

  • Marées

Actualités

7 août 2014 14 h 26

Un vestige océanographique au sein de la collection d’Exploramer

Partager

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Un appareil plutôt intrigant, que l'on estime dater des années 1930 fait maintenant partie de la collection permanente d'Exploramer. Un bathythermographe est exposé depuis le début de l'été.

Un homme qui vivait à Marsoui a récemment vendu sa maison. Il y a laissé quelques objets dans le garage. En y regardant attentivement, le nouveau propriétaire tombe sur un objet qui lui semble être un obus. Il appelle alors la police.

« Les policiers lui disent de ne toucher à rien et érigent un périmètre de sécurité, rapporte Sandra Gauthier, directrice générale d’Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts. Ils appellent les artificiers de la Sûreté du Québec. Ils arrivent avec les gyrophares en pleine nuit. Ils s’aperçoivent qu’il n’y a pas de poudre et que l’objet n’est donc pas dangereux. Mais il est trop ancien. Ils ne savent pas ce que c’est. Ils appellent l’armée, mais on ne le savait pas non plus. »

Objet rare

Après des recherches plus poussées, on en vient à la conclusion qu’il s’agit d’un bathythermographe. « C’est un équipement patrimonial inventé dans les années 30 », signale Mme Gauthier. Cet appareil océanographique aurait possiblement servi à mesurer la température de l’eau dans le Saint-Laurent, lors des premières avancées scientifiques réalisées dans le fleuve. Le bathythermographe aurait également été utilisé par les sous-mariniers pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Il ne resterait que six exemplaires de cet appareil au Canada. La découverte de ce vestige a vite fait l’objet de la convoitise de quelques musées québécois qui auraient bien aimé mettre la main dessus. « J’ai indiqué aux policiers que comme l’objet avait été trouvé en Haute-Gaspésie, qu’il me semblait tout à fait normal qu’il demeure en Haute-Gaspésie », raconte la directrice d’Exploramer. Le directeur du poste de la Sûreté du Québec de Sainte-Anne-des-Monts, Martin Landry, a décidé de remettre l’artefact au musée de l’endroit.