• dimanche 15 décembre 2019 06 h 10

  • Météo

    1°C

  • Marées

Actualités

15 février 2012 14 h 08

Vers une grève étudiante au Cégep de la Gaspésie et des Îles

L’Association générale des étudiants du Cégep de la Gaspésie et des Îles proposera à ses membres la tenue d’une assemblée spéciale pour voter un mandat de grève générale illimitée afin de dénoncer la hausse des frais de scolarité universitaire.

Le président de l’association, Vincent-Olivier Bastien, confirme que l’exécutif proposera la tenue de ce vote à ses membres lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra le mercredi 22 février. «Alors que le mouvement prend forme un peu partout au Québec, on sent que le moment est opportun pour organiser le vote de grève», a-t-il mentionné.

L’exécutif souhaite tenir cette assemblée spéciale de grève le 28 février prochain. «C’est notre proposition. Maintenant, ce sera aux membres de décider du moment et de la forme. Nous, ce qu’on souhaite, c’est une grève générale illimitée, car c’est vers ce moyen que semble se diriger le mouvement étudiant», justifie l’étudiant.  

M. Bastien estime que les cégépiens ont utilisé tous les moyens avant d’en venir à considérer une grève. «C’est sûr qu’il y a des côtés négatifs, mais d’un autre côté, c’est ce qu’il nous reste pour faire valoir notre point de vue», dit-il.

Le représentant étudiant croit que la hausse des frais de scolarité au niveau universitaire de 1 635 $ sur cinq ans est «inacceptable» et constitue un «frein au développement» de la Gaspésie. «D’ici cinq ans, 9000 postes seront à combler dans la région, alors ce n’est pas en nuisant à l’accessibilité aux études qu’on réussira à le faire», déclare-t-il en ajoutant que cette hausse est «injuste et destructrice.»

Les Gaspésiens, les premiers touchés  
 
M. Bastien estime que les étudiants en région sont les premières victimes de l’augmentation des droits de scolarité. «En Gaspésie, tous les étudiants qui souhaitent aller à l’université doivent sortir de la région, dit-il. Si on ajoute cette augmentation aux dépenses reliées aux déplacements, à l’appartement, à l’épicerie, ça devient démesuré.» Il propose plutôt un gel des frais de scolarité effectif en 2012 et la mise en application de règles plus sévères pour régir les dépenses universitaires.

Le campus de Carleton-sur-Mer pourrait également être touché par cette grève. La présidente de l’Association étudiante, Myralie Sauvé, a indiqué que son exécutif proposera une assemblée spéciale pour voter le mandat de grève au cours des prochaines semaines.

Étiquettes :