• lundi 16 décembre 2019 07 h 23

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

19 mai 2014 17 h 12

Voyage à St-Malo : « J’ai accepté pour faire sauver de l’argent à la Ville », dit Roussy

GASPÉ – L’Association des ingénieurs-conseils du Québec, et non la firme Roche, a payé une partie de son voyage à Saint-Malo au printemps 2009, affirme l’ex-maire de Gaspé, François Roussy, qui nie avoir demandé à Roche de reverser à la Ville 5 % de ses honoraires.

Gaspé avait tissé des liens avec Saint-Malo pour le 475e anniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier, rapporte M. Roussy, et une artiste gaspésienne se produisait là-bas. « Il y avait un congrès d’ingénieurs en même temps à Saint-Malo, dit l’ex-maire. L’Association des ingénieurs nous a dit : “si vous faites une prestation, on pourrait vous payer le billet d’avion et deux-trois nuits d’hôtel”. Le reste était payé par la Ville de Saint-Malo. »

« J’ai accepté pour faire sauver de l’argent à la Ville [de Gaspé] », justifie M. Roussy. Il a prononcé un discours à l’ouverture du congrès et a même chanté La langue de chez nous, d’Yves Duteil, aux ingénieurs. « Après, je suis parti avec le maire de Saint-Malo, qui m’a fait visiter des musées […]. Jamais je n’ai senti qu’on se faisait corrompre. »

Pas de 5 %

L’ex-maire nie avoir demandé à Roche une ristourne de 5 % des honoraires engendrés par les contrats obtenus auprès de la Ville, une somme destinée à des projets dans la communauté, selon les documents de l’UPAC.

« J’ai toujours souhaité que les entreprises soient de bons citoyens corporatifs, qu’elles redonnent dans le milieu. Je le disais à tout le monde », affirme M. Roussy. Il n’a toutefois « jamais » mentionné un pourcentage ou un montant à Roche, dit-il.
Quant aux commandites versées par Roche au club de hockey sénior le Phénix ou à d’autres organismes, elles n’ont « jamais » eu d’impact sur l’octroi de contrats par la Ville, dit l’ex-maire.

Le nombre de firmes d’ingénieurs établies à Gaspé est passé de deux à cinq pendant son règne à la mairie, remarque M. Roussy. C’est le signe qu’une saine compétition régnait, selon lui.

Côté « laisse les policiers faire leur travail »

Le maire actuel de Gaspé, Daniel Côté, déclare qu’il « laisse les policiers faire leur travail. On a collaboré [avec l’UPAC] et on va continuer à collaborer. »

Du 20 avril 2009 au 30 septembre 2013, M. Côté était coordonnateur municipal et adjoint au maire Roussy. « Je ne suis pas au courant de quoi que ce soit de ce qui est dit, réagit M. Côté. Je vois les allégations passer et j’ai hâte que l’enquête soit finie pour qu’on ait le portrait réel des choses. »