• mardi 02 mars 2021 14 h 53

  • Météo

    -9°C

  • Marées

Actualités

Culture
11 février 2021 10 h 18

Albums lancés au courant de 2020 : partie 3/3

Partager

Les artistes du domaine de la chanson, qu’ils soient amateurs ou professionnels, sont parmi ceux qui ont directement subi les contrecoups de la pandémie de COVID-19. Pour plusieurs d’entre eux, l’annulation de spectacles, de festivals et de lancements a significativement réduit leurs possibilités d’aller à la rencontre du public et de partager avec lui le fruit de leurs élans créatifs. GRAFFICI a ainsi tenu à souligner de façon particulière leur travail et vous présente, dans ce dossier, des albums lancés au courant de 2020 ou à paraître au courant des prochaines semaines. Si les styles varient, ils sont tous l’oeuvre de Gaspésiens et Gaspésiennes passionnés qui espèrent de tout coeur pouvoir regagner sous peu les différentes scènes de la région et d’ailleurs.

Les amours molles

Les Fins Renards

Après avoir plongé dans l’univers des compositions originales avec Dedans, dehors (2017), Les Fins Renards persistent et signent. Le duo offre depuis le 29 janvier un deuxième album de son cru, Les amours molles, dans lequel il s’est donné une plus grande liberté.

Résidant respectivement à Caplan et Bonaventure, Francis Plourde (guitare et voix) et Benoît Gauthier (contrebasse et voix) se sont d’abord fait connaître du public avec des reprises festives. L’énorme succès récolté par leur premier opus, notamment sur les radios satellites, a mis la table à un deuxième enregistrement dans les studios de La Vieille Usine de l’Anse-à-Beaufils; le nouvel album de 12 titres folk rock, coréalisé par Martin Hogan, y a majoritairement été conçu au cours de 2020. « Quand on est rentrés en studio, on savait déjà qu’on voulait quelque chose de plus étoffé, entre autres au niveau des arrangements », explique Benoît Gauthier. Ainsi, des musiciens (Pat Dugas et Dominic Potvin), se sont joints à l’aventure. Des cuivres figurent également sur trois pistes.

Les textes ont aussi été poussés un peu plus loin. « On a souvent reçu la critique positive selon laquelle nos textes étaient bons, qu’ils étaient recherchés. […] Avec Les amours molles, on s’en est permis un peu plus, en rentrant davantage dans les critiques sociales », ajoute le contrebassiste, citant en exemple la pièce J’ai peur Daniel, qui porte sur la cimenterie de Port-Daniel.

Disponible en CD via Les Fins Renards et sur les plateformes numériques. Info : www.lesfinsrenards.com.


Les deux artistes Francis Plourde (à gauche) et Benoît Gauthier s’amusent ferme à jouer ensemble depuis désormais neuf ans. Photo : Offerte par Geneviève Smith.

 

Heart of the Country

Marguerite Oaks (anciennement Lily of the Valley)

Le 28 février 2020, Lily of the Valley, qui répond désormais au patronyme Marguerite Oaks, lançait son deuxième album complet. Intitulé Heart of the Country, il est un lumineux et heureux mélange de Gaspésie, de nature et d’amour, des thèmes qui s’entendent et se ressentent d’un bout à l’autre du disque.

Le trio folk, composé de Véronic Parker (voix), de son conjoint Kevin Litalien (guitare) et de leur ami de longue date Julien Cyr (batterie) est extrêmement fier des 11 titres enregistrés au compte-gouttes. Ces chansons créées « au rythme des saisons et des enfants » ont d’ailleurs reçu un très bel accueil. « On s’en est fait beaucoup parler et on a même eu droit à une superbe critique dans Le Devoir. Ça nous a agréablement surpris! On a récolté quatre étoiles, on était vraiment sur un nuage », se souvient le guitariste, qui fait ainsi référence à une critique signée par Sylvain Cormier.

La pandémie de COVID-19 a néanmoins coupé l’herbe sous le pied du groupe, qui comptait officiellement lancer le fruit de son travail en avril dernier. Puisque l’écriture d’un troisième album est en cours, les trois complices ont songé à un compromis. « Vu qu’on n’a pas pu vraiment bien lancer Heart of the Country, on s’est dit que notre prochain album inclurait probablement celui-là. On ferait donc un album double », résume la chanteuse du groupe.

Disponible via les plateformes de téléchargement. Facebook : Marguerite Oaks.


La formation musicale gaspésienne Lily of the Valley est devenue Marguerite Oaks en août dernier afin de mettre fin à une certaine confusion; d’autres musiciens utilisaient eux aussi ce nom. Photo : Offerte par Marguerite Oaks.

 

Trajectoires

MLou

Marie-Lou Brière-Berthelot, de son nom d’artiste MLou, présentait au public, le 5 mars dernier, un deuxième mini-album intitulé Trajectoires. Musicalement et vocalement plus assumé et témoignant du chemin parcouru par l’autrice-compositrice-interprète originaire de Caplan, l’opus de cinq titres à saveur pop devait constituer une véritable carte de visite pour l’artiste.

Celle-ci espérait en effet, grâce à cet opus, accéder à des séries de spectacles ainsi qu’à différents festivals; or, la pandémie de COVID-19 a joué les trouble-fête. N’empêche, la Gaspésienne se dit choyée par l’engouement qu’ont suscité ses chansons, notamment habitées par le thème des relations. « C’est certain que j’aspirais à faire vivre les chansons en personne, sauf que les chansons ont quand même bien vécu dans les radios. Je suis vraiment contente, parce que les extraits que j’ai sortis depuis mars ont tourné un petit peu partout au Québec, même à l’extérieur. […] Il y a eu une très belle vague après mon lancement », se réjouit-elle.

Celle qui travaille déjà sur du nouveau matériel aux côtés des membres de l’équipe de La Vieille Usine de l’Anse-à-Beaufils admet s’ennuyer de la scène, sur laquelle elle n’a pu grimper que deux ou trois fois en 2020. Même si ses plus récentes compositions n’y ont pas été jouées autant qu’elle l’aurait souhaité, MLou ressent toujours une immense fierté pour ce EP. « Je sens vraiment une maturité quand j’écoute Trajectoires. Mon idée de ce que je veux, musicalement, avait déjà fait son chemin. »

Disponible via BandCamp. Info : www.mloumusique.ca.


Pochette de Trajectoires, lancé à la microbrasserie Le Naufrageur de Carleton-sur-Mer le 5 mars 2020. Photo : Offerte par MLou.

 

Le jardin

Normand et le merle

Olivia St-Laurent Lemerle, de Maria, est la voix féminine du duo Normand et le merle, qu’elle forme avec Daniel Normand, originaire de Mont-Joli. Le tandem a lancé Le jardin en novembre dernier, une oeuvre revisitant tout en douceur l’oeuvre de Georges Moustaki.

« Avec nos voix douces, on n’est pas dans le soul ou le rock. Ça prenait quelque chose d’assez feutré. On voulait que ce soit axé sur les paroles, de la poésie, et bien sûr que ce soit en français. On a aussi pensé à Moustaki parce que ça se prêtait bien à des duos », explique d’emblée la Gaspésienne.

C’est à distance et lors de week-ends intensifs que les deux artistes, qui vivent respectivement à New Richmond et Québec, ont créé Le Jardin. Comprenant 14 chansons pigées dans l’immense répertoire du chanteur, l’album enregistré en 2019 rassemble des morceaux populaires (Le métèque, Ma solitude, Les eaux de mars), mais aussi d’autres un peu moins connus (Il n’y a plus d’amandes et J’ai vu des rois serviles).

Le Jardin se veut avant tout enveloppant. « C’est presque un album de relaxation! Ce n’est pas qu’on le voulait comme ça, mais depuis qu’on l’a lancé auprès de nos proches, les gens nous disent beaucoup que c’est apaisant, qu’ils l’écoutent en travaillant ou qu’ils le font jouer pour endormir leur enfant », relate celle qui oeuvre comme médecin de famille.

Disponible via Bandcamp ou auprès d’Olivia St-Laurent Lemerle (olivia.stl.lemerle@gmail.com). Facebook : Normand et le merle.


La pochette de l’album est l’oeuvre de l’artiste La Fée Couleur (Caroline Dugas). Photo : Offerte par Normand et le merle.

Cliquez ici pour lire la partie 1/3 ; Albums  lancés au courant de 2020

Cliquez ici pour lire la partie 2/3 ; Albums lancés au courant de 2020