• vendredi 06 décembre 2019 22 h 53

  • Météo

    -8°C

  • Marées

Actualités

6 mai 2014 16 h 38

Cimenterie : D’Amour se fait rassurant

Gilles Gagné

Journaliste

Partager

NEW RICHMOND – Le ministre responsable de la Gaspésie, Jean D’Amour, assure que son gouvernement respectera l’entente conclue avant le scrutin du 7 avril entre le régime précédent du Parti québécois et Ciment McInnis, la firme portant le projet de cimenterie à Port-Daniel.

En campagne électorale, le chef du Parti libéral et actuel premier ministre Philippe Couillard s’était engagé à reconduire l’entente du 31 janvier, liant Investissement-Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec d’une part, et Ciment McInnis d’autre part, pour un total de 450 millions $ en garantie de prêt et en capital-actions.
 
Les lendemains d’élection n’ont pas incité le nouveau gouvernement libéral à changer d’idée, précise le ministre D’Amour, également ministre délégué à la Stratégie maritime.
 
« Il n’y a pas de raison de croire que l’orientation a changé (…) C’est un enjeu important pour la région », aborde-t-il, ajoutant que « de façon générale, je n’ai pas rencontré beaucoup de monde qui y sont opposés ».
 
Il souligne qu’en fait, le projet cadre bien avec les priorités de développement de l’emploi et de stimulation économique de son gouvernement, d’autant plus qu’on « a besoin de revenus », note-t-il en faisant référence au manque à gagner dépassant 3 milliards $ pour la dernière année budgétaire de l’État québécois.
 
La cimenterie de Port-Daniel fait face à une opposition intense de la part des quatre autres cimenteries québécoises et de l’Association canadienne du ciment, parce que les concurrents de la province n’ont fonctionné qu’aux deux tiers de leur capacité en 2013. Ciment McInnis répond que son complexe de Port-Daniel vendra 90 % de sa production ailleurs qu’au Québec, principalement aux États-Unis.
 
« Moi personnellement, et je ne peux pas parler pour mes collègues (…) je n’en ai pas eu connaissance (d’opposition). Si ça s’est fait, moi je ne l’ai pas su », précise M. D’Amour en parlant du lobby des autres cimentiers.
 
L’État n’a pas l’intention de changer l’orientation des deux derniers gouvernements, qui ont choisi de ne pas soumettre le projet à une évaluation environnementale publique, supervisée par le Bureau d’audiences publiques en environnement.
 
Le ministre D’Amour sent toutefois le besoin de faire une vérification auprès de son collègue à l’Environnement, David Heurtel.
 
« J’ai besoin de valider certains éléments à ce sujet. Je vais revenir là-dessus (…) simplement pour vérifier, je ne veux pas vous induire en erreur », dit-il.
 
Le projet de cimenterie nécessitera un investissement d’un milliard de dollars, dont 800 M$ à Port-Daniel. Lors de l’annonce de l’entente entre Ciment McInnis, Investissement-Québec et la Caisse de dépôt et placement, les parties parlaient de la création de 200 emplois directs et 200 emplois indirects, une fois l’exploitation amorcée.