• mardi 16 juillet 2024 04 h 38

  • Météo

    17°C

  • Marées

Actualités

Culture
8 juillet 2024 9 h 06

Des mots, des notes et des images ; Biographie d’un inconnu

Gilles Gagné

Journaliste

Partager

Biographie d’un inconnu, ou quand l’inconnu a une portée universelle

CARLETON-SUR-MER | Éducatrice pendant 35 ans dans le secteur de Carleton-sur-Mer, Isabelle Leblanc a toujours aimé écrire, bien qu’elle ait majoritairement gardé ses mots pour elle, les exceptions étant des chroniques littéraires qu’elle a tenues pendant 15 ans à CIEU-FM et pendant 10 ans à GRAFFICI.

La commémoration du 65ème anniversaire du Débarquement des Alliés en Normandie a réveillé en elle un besoin d’aller plus loin. Son père Louis-Philippe, décédé en 2002, avait combattu lors du Jour J, et il avait été gravement blessé un mois et demi plus tard, dans la campagne française.

« À moins d’être Rimbaud, on ne publie pas de livre à 15 ans. J’ai toujours eu un journal personnel. L’idée d’écrire ce livre-là est venue en 2009. Des membres de la famille sont allés à la commémoration des 65 ans du Débarquement. Je ne pouvais pas y aller. Ça m’a attristée et ça m’attriste encore. Je restais seule à Maria à l’époque. Je prenais une marche et je me demandais ce que je pouvais faire pour écrire à ce sujet et oublier mon absence. J’ai demandé à mon père : “Inspire-moi.” Je ne sais pas si c’est arrivé grâce à lui, mais le titre du livre est venu et j’ai pensé pendant ma marche aux titres à donner aux neuf chapitres : Le sang, Le cousin, Nana, La guerre, Le départ du fils et les autres », se remémore Isabelle Leblanc.

C’est ainsi qu’est né le projet de Biographie d’un inconnu. Il faudra toutefois que Mme Leblanc attende près d’une douzaine d’années avant de se lancer dans l’écriture proprement dite, en 2021.

« Ma retraite m’a donné l’opportunité de mettre du temps là-dessus. Il m’a fallu trois ans de travail pour y arriver. J’ai écouté des documentaires pour me donner le contexte de l’ambiance de la guerre. J’ai regardé le film Il faut sauver le soldat Ryan, parce qu’on me disait que c’était l’un des meilleurs films de guerre. Les scènes de bombardements sont longues. Parfois, ça semble durer 15 minutes mais ça donne une bonne idée de ce que les soldats ont vécu », évoque l’autrice.

Elle a aussi amorcé une longue recherche familiale afin de retracer les événements ayant ponctué la vie de son père, né en 1927.

« Je me demandais comment mes grands-parents s’étaient retrouvés à Ville-Saint-Laurent et pourquoi mon grand-père et un de ses frères avaient tous deux marié des Robitaille, deux soeurs. J’ai appelé un cousin de mon père, Claude Leblanc, à Montréal. Il ne pensait pas m’aider, mais il m’a mis sur la bonne piste, juste avec quelques détails », raconte Isabelle Leblanc

« J’ai trouvé passionnant d’écrire cette histoire. On parle d’un fait réel et on invente ce qui va autour. J’ai des regrets de ne pas avoir parlé davantage de l’histoire de la famille avec mes parents », dit-elle.


Biographie d’un inconnu a été publié au printemps, à compte d’auteur. Photo : Offerte par Isabelle Leblanc

Louis-Philippe Leblanc est décédé à 85 ans, il y a 22 ans, quand le projet de livre à son sujet n’était même pas un mirage. Il a vécu bien plus longtemps que prévu.

« Le médecin qui l’avait examiné après les opérations pour soigner ses blessures de guerre lui avait dit : “Tu en as peut-être pour 10 ou 15 ans à vivre, en raison de tous les problèmes que tu as.” Il a vécu presque 60 ans après avoir été blessé. Il avait subi l’ablation d’une partie de ses intestins et il a eu des maux de dos toute sa vie », rappelle Mme Leblanc.

Les psychologues étaient peu nombreux au lendemain de la guerre 1939-45. Il est clair, dans l’esprit de l’autrice, que son père a souffert d’un choc post-traumatique qui l’a suivi toute sa vie. L’écriture du livre a facilité l’acceptation de certains aspects du comportement de « Lippe », comme il est appelé dans le bouquin.

« Ça m’a aidée à comprendre ce qu’il a vécu. Je lui en voulais d’avoir arrêté de parler et d’avoir arrêté de faire ce qu’il aimait pendant les dernières années de sa vie. Il s’est fait prendre à son propre jeu, en arrêtant de parler. Ses cordes vocales se sont atrophiées », signale-t-elle.

A-t-elle dû obtenir le consentement familial pour certains passages du livre? « Oui, pour certaines choses. Il y a des choses que j’ai carrément enlevées. J’avais écrit des choses beaucoup plus intimes. Je les ai enlevées pour éviter des problèmes familiaux et judiciaires. Je les ai survolées discrètement », dit Mme Leblanc.

Elle reçoit beaucoup de bons commentaires depuis la publication de Biographie d’un inconnu, notamment de personnes qui ont trouvé qu’elle avait su rendre universelle une histoire de famille.

« C’était trop long, cette histoire, mais j’ai choisi des angles pour la rendre accessible. Ça pourrait se passer dans bien des familles. Il y a beaucoup d’inconnus dont on ignore les tragédies de la vie », souligne-t-elle.

Isabelle Leblanc a publié son ouvrage, disponible dans les librairies gaspésiennes, à compte d’auteur.

« Je n’avais pas trois ou quatre ans pour trouver un éditeur. J’ai fait affaire avec Bouquinbec à Montréal, qui offre, moyennant des sommes d’argent, la révision, l’infographie, et l’impression. Bouquinbec garde 50 % des ventes et assure une présence pour vendre le livre en ligne; 50%, c’est mieux que 10 ou 15 % venant de certaines maisons d’édition », explique-t-elle.

 

Pour lire tous les articles de la section 

Des mots, des notes et des images ; De la montagne à la mer : Suzanne Guité
Des mots, des notes et des images ; Cap-Chat, captivante et chatoyante
Des mots, des notes et des images ; Marie-Ève Trudel Vibert