• dimanche 24 octobre 2021 17 h 34

  • Météo

    9°C

  • Marées

Actualités

Culture
8 juillet 2021 9 h 19

Des mots, des notes et des images (partie 1/2)

LA GROTTE
K-roshi

SAINT-ALPHONSE-DE-CAPLAN | Actif vers les années 1997-1998, le rappeur montréalais K-roshi est de retour après une vingtaine d’années d’absence. Désormais établi à Saint-Alphonse-de-Caplan, il a récemment lancé un simple intitulé La grotte, dont le vidéoclip a été réalisé par un autre Gaspésien d’adoption, Benoit Daoust.

À désormais 41 ans, l’auteur-compositeur-interprète revient à ses premières amours, le rap, après avoir exploré le reggae à la suite de sa formation en musique au Cégep de Drummondville. Lorsqu’il a choisi de s’y replonger, il a décidé de le faire en reprenant son nom d’artiste initial.

Avec sa première chanson écrite l’hiver dernier, il partage une époque de sa vie dans l’arrondissement Ville Saint-Laurent où il a grandi, une période ponctuée par la consommation. Ex-alcoolique et ex-toxicomane, il a lancé à la fin du mois d’avril la chanson qu’il n’avait jamais écrite, celle qu’il devait à tout prix coucher sur papier. Elle aborde notamment l’intérêt que la société porte aux jeunes traversant d’importantes difficultés.

« Comment ça se fait qu’un jeune de 18 ou de 19 ans peut se retrouver tout seul à consommer à en crever dans son petit appart, dans le fin fond de la ville? Comment il peut se retrouver sur la morphine, dans le fond d’une ruelle, et raser d’en crever, tout seul, sans que personne ne le sache? Ce n’est pas normal, à quelque part », déplore K-roshi.

Avec La grotte, le musicien voulait véhiculer un important message : on peut remporter son combat contre la dépendance. Sobre depuis maintenant 14 ans, il voulait également jouer cartes sur table dès le début. « C’est un peu comme dire : voici K-roshi, voici mon histoire. Le reste des chansons, ça parlera peut-être d’affaires plus futiles, mais celle-là, ç’en était une grosse pour moi », explique le principal intéressé.

La grotte a fait l’objet d’un vidéoclip tourné vers la fin de l’hiver en studio, sur le mont Saint-Joseph de Carleton-sur- Mer, ainsi qu’ à la grotte de glace de Saint-Edgar, dans l’arrière pays de New Richmond. L’artiste est on ne peut plus satisfait du travail accompli par son ami Benoit Daoust. « Benoit, quand il est dans un projet, il se donne corps et âme! […] C’est écoeurant, et vraiment, ça lui revient à 100 % », lance le rappeur.

K-roshi compte désormais continuer de créer au gré de ses temps libres et de son inspiration, sans pression. La grotte est disponible sur les plateformes de téléchargement, dont Spotify.


Voici une image tirée du vidéoclip de La grotte, produit et réalisé par Benoit Daoust. Photo : Offerte par K-roshi

Roxanne Langlois

 

C’qu’on s’est promis
LES ELEMENT

GASPÉ | Originaires de Gros-Morne, Joey et Jonathan Element proposent un mini-album dont les intentions se dévoilent dès les premières notes : célébrer le bonheur qu’ils retirent des chaleureuses relations familiales.

« Joey et moi on est cousins, et donc ça tourne autour de la famille, de ce qui est festif, expose Jonathan Element, l’aîné du duo Les Element. C’est notre ligne directrice. » Tissé de mélodies accrocheuses teintées de nostalgie, dont Histoire de chums et Heureux comme avant, l’album country folk compte également une pièce plus mélancolique intitulée Au pied de l’escalier.

Cette première création compte au total six chansons, fruit d’une collaboration des cousins Element avec des artistes de la région, dont l’auteur-compositeur-interprète Fred Parent. Leur rencontre avec ce dernier sera d’ailleurs déterminante. « Fred nous avait invités à faire quelques chansons en direct à son émission de radio Country Express [à l’antenne de Bleu FM], explique Jonathan Element. Il a aimé ce qu’on faisait et a décidé d’embarquer avec nous autres et de nous enregistrer dans son studio. »

Une réception qui surprend

Depuis le lancement le 15 mai dernier, le succès que rencontre l’opus ne se dément pas. À preuve, le duo en est déjà à son troisième « ravitaillement » en albums, ceux-ci étant vendus aussitôt reçus. « On est surpris, on ne s’attendait pas à ça!, admet le jeune trentenaire. Et les radios embarquent, c’est le fun, on a beaucoup d’entrevues. »

L’enthousiasme suscité par le travail des deux Gaspésiens se ressent également à l’extérieur de la région, alors que le duo est actuellement en pourparlers avec différents festivals country, de même qu’avec un studio d’enregistrement situé près de Montréal. « On prépare déjà le prochain album, on ne chôme pas! » dévoile Jonathan Element.

Pour l’heure, il est possible de se procurer une copie de C’ qu’on s’est promis dans certains points de vente de la région ou auprès du groupe, via leur page Facebook. Depuis le 15 juin, l’ensemble des compositions seront aussi disponibles sur certaines plateformes numériques, dont Spotify et Apple Music.


C’qu’on s’est promis est le premier album du duo Les Element. Photo : Offerte par Les Element

Olivier Béland-Côté

Lire – Des mots, des notes et des images (partie 2/2)