• jeudi 12 décembre 2019 10 h 57

  • Météo

    -10°C

  • Marées

Actualités

16 juillet 2014 16 h 15

Exposition sur l’histoire de La Maison du pêcheur

PERCÉ – La ville de Percé a ouvert ses portes à une exposition sur le tournage du film la Maison du pêcheur, du réalisateur Alain Chartrand, sortie en 2012. C'est l'occasion de figer l'histoire sur un lieu nouveau, accessible aux visiteurs de passage.

Pour Lucille Despard, agente de développement culturel de la ville de Percé, l’exposition vise à redonner envie aux touristes de passer voir le site du tournage, et de s’intéresser à l’histoire de la Maison du pêcheur.
« L’idée de départ, c’est qu’il y a beaucoup de films qui sont tournés à Percé. Et les gens en général aiment venir voir les lieux de tournage. »

L’exposition se situe dans une maison reconstituée à l’occasion du tournage, en bord de falaise sur le Mont-Joli. Des photos, bannières, et textes décrivant les détails du tournage, décorent actuellement les lieux pour l’été.

« À l’extérieur, des panneaux présentent les grandes lignes de l’histoire de la Maison du pêcheur », sur le plan régional, national et international, résume Lucille Despard.

L’engouement pour les lieux de tournage d’un film « ne dure généralement qu’un ou deux ans » estime Mme Despard. « Les gens se lassent après ».
Les organisateurs de l’événement dans la ville de Percé envisagent donc cette exposition comme une introduction à un futur lieu historique. « D’ici deux ans, on veut indexer l’histoire de la Maison du pêcheur à l’exposition actuelle », explique-t-elle.  

Rappelons que la Maison du pêcheur a eu une influence importante dans l’Histoire du Québec et des événements d’octobre 1970. Durant l’été 1969, Paul Rose, Jacques Rose et Francis Simard, futurs meneurs du Front de libération du Québec, s’installent à Percé pour ouvrir la « Maison du Pêcheur »; un lieu pour conscientiser la population gaspésienne à la cause politique de l’indépendance. À ce moment, le Gaspésien Bernard Lortie démarre son éveil politique.

Ces derniers se heurtent aux désaccords de l’élite de Percé, et à l’indifférence des gens de passage dans la ville. Déterminés, ces trois indépendantistes se radicalisent, et formeront à leur retour à Montréal, la cellule Chénier, à l’origine de l’enlèvement et de la mort du ministre Pierre Laporte.

Le film d’Alain Chartrand « est romancé, mais s’inspire de la vraie histoire », rappelle Mme Despard. À l’origine, la maison du pêcheur se situait au bord du quai de Percé. Aujourd’hui, le restaurant du même nom continue d’accueillir les gens. Il reste possible d’observer les traces du passé au plafond du premier étage de la bâtisse.

Présenté au Festival du film du monde de Montréal en 2013, « La Maison du Pêcheur » est actuellement diffusé sur le site Super Ecran durant tout le mois de juillet.

Étiquettes :