• dimanche 15 décembre 2019 23 h 32

  • Météo

    -5°C

  • Marées

Actualités

22 octobre 2013 7 h 52

Pauvreté : des pistes de solutions sur des enjeux de base

Partager

SAINT-ALEXIS-DE-MATAPÉDIA – Récupérer les pertes des marchés d’alimentation, des producteurs agricoles et autres transformateurs alimentaires est l’un des objectifs du Comité ATI de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale dans la MRC d’Avignon.

C’est l’une des pistes de solution qui est ressortie récemment dans le cadre d’un forum qui a regroupé 65 partenaires et citoyens, à Saint-Alexis-de-Matapédia.

Cinq enjeux prioritaires ont été mis de l’avant dans la MRC d’Avignon : logement; transport; scolarisation; socialisation et inclusion sociale; mais celui qui est ressorti du lot est l’autonomie alimentaire.

« Comment on pourrait réutiliser les pertes des denrées alimentaires des marchés d’alimentation et les envoyer vers les banques alimentaires? », questionne le coordonnateur du comité, Mathieu Lapointe.

Une question de responsabilité en cas d’intoxication alimentaire explique le fait que les épiciers et les producteurs agricoles semblent frileux à donner les aliments qui ne sont plus aptes à la commercialisation, mais encore comestibles.

« Est-ce qu’il y a une possibilité de le faire pour éviter ce genre de solution? », avance M. Lapointe.

Parmi les pistes proposées, des approches pourraient être faites auprès du ministère de l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation afin de trouver des alternatives sécuritaires pour récupérer les pertes commerciales.

Régionaliser les enjeux

Comme certains des enjeux identifiés touchent l’ensemble de la région, il n’est pas exclu que le comité partage ses réflexions avec les autres comités gaspésiens.

« Nous, on va identifier les besoins. Certaines pistes de solutions se trouvent au niveau local et d’autres au niveau régional. On ne veut pas réinventer la roue, mais trouver des pistes pour aider les personnes qui en ont besoin », souligne M. Lapointe.

Il reste au comité à prioriser les pistes de solution et établir un plan d’actions le plus rapidement possible. M. Lapointe souhaite l’avoir avant Noël ou au plus tard au début de l’an prochain.