• jeudi 12 décembre 2019 01 h 53

  • Météo

    -14°C

  • Marées

Actualités

22 août 2012 13 h 06

Rail: la MRC de Bonaventure autorise l’épandage chimique

La MRC de Bonaventure autorisera finalement l’épandage d’herbicides chimiques le long du tronçon du chemin de fer de la Gaspésie.

En juillet, les élus avaient adopté trois résolutions pour que cesse cette façon de faire. Dans un premier temps, la MRC demandait à la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) de respecter les règles environnementales en vigueur.

Les deux représentants de la zone Bonaventure au conseil d’administration de l’organisme, le préfet Jean-Guy Poirier et la mairesse de New Richmond Nicole Appleby, avaient aussi le mandat de convoquer une réunion spéciale de la SCFG afin de convaincre les membres d’abandonner l’épandage. En cas de refus, la MRC menaçait de recourir aux tribunaux afin d’obtenir une injonction pour empêcher l’utilisation d’herbicide. Les maires avaient aussi ajouté une amende de 10 000 $ en cas de non-respect des règles en vigueur.

La MRC a finalement décidé de surseoir à l’application de ces mesures à la suite d’une récente rencontre avec la SCFG et Activa Environnement, confirme le préfet Jean-Guy Poirier.

«À la suite des réponses obtenues, les maires ont décidé d’autoriser l’épandage pour cette année avec toutefois certains critères à respecter dont la distance avec les rivières, les ruisseaux et les puits artésiens des municipalités et des particuliers. Les agglomérations qui ont d’autres zones à protéger pourront le faire aussi.»

M. Poirier ajoute que la MRC n’avait pas vraiment le choix d’autoriser l’épandage pour cette année. «Via Rail menaçait d’interrompre le service passager prétextant de ne pouvoir voir les dormants pour prévenir des dommages en plus de limiter la vitesse des trains de marchandises à 10 kilomètres à l’heure.»

Un mandat a d’ailleurs été donné à Activa Environnement afin de trouver une autre méthode de contrôle de la végétation dans l’emprise de la voie ferrée pour l’été prochain. «Le produit actuel est homologué, mais s’il tue de la mauvaise herbe, il peut aussi tuer autre chose», conclut le préfet Poirier.

À lire aussi

Rail : vers des alternatives à l’épandage chimique

Voie ferrée : encore de l’épandage de produits chimiques