• vendredi 06 décembre 2019 00 h 13

  • Météo

    -3°C

  • Marées

Actualités

30 août 2012 0 h 34

Sondage : possible balayage péquiste en Gaspésie

À cinq jours du scrutin, le Parti québécois (PQ) se dirige vers une victoire écrasante dans la circonscription de Gaspé. Dans Bonaventure, le candidat péquiste menace le château fort libéral, mais Damien Arsenault demeure tout de même dans la course.

C’est ce que révèle un sondage Segma-GRAFFICI.CA, réalisé cette semaine auprès des électeurs des deux circonscriptions gaspésiennes.


Pour tous les détails.

Dans Gaspé, l’enquête statistique démontre que le candidat péquiste, Gaétan Lelièvre, se dirige vers une victoire éclatante avec 57 % des intentions de vote, loin devant le député sortant Georges Mamelonet, qui obtient l’appui de 20 % des personnes interrogées.
 
Le candidat de la Coalition avenir Québec, Yvan Blanchard, récolte 13 % des appuis, soit sept points de plus que son adversaire de Québec solidaire, Éric Boucher, qui obtient 7% des intentions de vote. Frédérick DeRoy, le candidat d’Option nationale, ferme la marche avec 3 % de la faveur populaire.

Avec un retard de 37 points derrière Gaétan Lelièvre, le député sortant Georges Mamelonet se retrouve en sérieuse difficulté et les chances qu’il remonte la pente sont pratiquement nulles, estime le président de Segma Recherche, Raynald Harvey. «Il se dirige vers une raclée magistrale le 4 septembre», commente-t-il, avant d’ajouter qu’il ne s’attendait pas à un aussi important recul. «Les controverses autour de M. Mamelonet l’ont probablement affecté de façon assez sévère. La perte des appuis envers le Parti libéral est plus importante dans Gaspé qu’ailleurs au Québec», analyse-t-il.

Autre mauvaise nouvelle pour les adversaires de M. Lelièvre : les intentions de vote sont cristallisées. Pas moins de 82 % des électeurs qualifient leur choix de «définitif» et c’est le PQ qui détient les appuis les plus fermes, alors que 89 % de ses sympathisants affirment qu’ils ne changeront pas d’idées.

Les appuis les plus volatiles sont du côté de la CAQ. Pas moins de 40 % des personnes qui affirment vouloir appuyer la nouvelle formation de François Legault pourraient changer d’idée. Ce pourcentage s’élève à 30 % chez les sympathisants de Québec solidaire.

Bonaventure

Si les jeux semblent pratiquement faits dans Gaspé, les électeurs de la circonscription voisine auront droit à une lutte d’ici la fin de la campagne électorale.


Le candidat péquiste, Sylvain Roy, menace tout de même la forteresse libérale en récoltant 41 % des intentions de vote. Le député sortant, Damien Arsenault, risque d’être victime des déboires de son parti auprès de l’électorat francophone au Québec. Ce dernier obtient 34 % de l’appui des personnes interrogées, ce qui représente un recul de 15 points par rapport à l’élection partielle de décembre 2011.

«L’avance de Sylvain Roy est moins confortable et on peut dire qu’il y a encore une course dans Bonaventure. Par contre, ce sera difficile pour M. Arsenault, car la tendance défavorise le Parti libéral depuis le début de la campagne», analyse M. Harvey.

Selon le président de Segma Recherche, le candidat libéral ne peut espérer cette fois surfer sur la vague de satisfaction envers celle qui l’a précédé, Nathalie Normandeau, pour compenser le taux d’insatisfaction envers le gouvernement libéral. «L’élection de décembre 2011 a été celle de la continuité. Mais maintenant, le bilan des libéraux est un boulet pour M. Arsenault», poursuit-il.

Le libéral reste cependant dans la course grâce notamment aux appuis des 65 et plus et des anglophones de la circonscription. Un revirement de tendance favorisant le Parti libéral à l’échelle provinciale au cours des prochains jours pourrait permettre à M. Arsenault de renverser la vapeur.

Au-delà de cette course à deux, le candidat de la CAQ, Jean-Marc Landry, obtient 17 % des intentions de vote. La candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, récolte quant à elle 7%, soit un recul de 2 points par rapport à l’élection partielle. Le jeune candidat d’Option nationale, Louis-Patrick St-Pierre, récolte un maigre 1 % d’appui.

La fermeté du vote dans Bonaventure est similaire à celle dans Gaspé, alors que 80 % des répondants affirment que leur choix est définitif.

Encore une fois, ce sont les sympathisants du PQ qui semblent être les plus fidèles puisque 88 % d’entre eux soutiennent qu’ils ne changeront pas d’avis. Cette statistique rend d’ailleurs l’avance de Sylvain Roy un peu plus confortable. Les répondants qui appuient le Parti libéral affirment dans une proportion de 83 % que leur choix est définitif.

La plus grande volatilité des appuis sont du côté de la CAQ et de Québec solidaire. Dans les deux cas,  39 % de leurs sympathisants pourraient changer d’avis d’ici le 4 septembre. Une situation qui s’explique en partie parce que ces formations vont chercher davantage d’appuis auprès des jeunes, qui sont les moins fermes dans leur choix actuel. Selon M. Harvey, cette volatilité pourrait d’ailleurs favoriser le PQ, si plusieurs de ces électeurs optent pour un vote stratégique afin de bloquer la route aux libéraux.

Perspective d’un gouvernement minoritaire

Les électeurs gaspésiens s’attendent par ailleurs à ce que le prochain gouvernement soit minoritaire. Dans Bonaventure, 66 % des répondants croient que le gouvernement élu le 4 septembre n’aura pas suffisamment de sièges pour former une majorité. Dans Gaspé, ce pourcentage s’élève à 61 %.

Méthodologie

Ce coup de sonde a été mené auprès de 504 répondants dans Gaspé et 502 répondants dans Bonaventure du 27 et 29 août par voie d’entrevues téléphoniques automatisées. Les données ont été pondérées par la base du recensement de 2011 en fonction du sexe, de l’âge et de la répartition de la population dans les circonscriptions. Les résultats d’ensemble comportent une marge d’erreur de 4,4 % selon un intervalle de confiance de 95 %. Les résultats mentionnés dans l’article sont ceux obtenus après répartition des indécis.

Étiquettes :