• mercredi 22 septembre 2021 16 h 14

  • Météo

    23°C

  • Marées

Actualités

Culture
11 juin 2021 15 h 45

Des mots, des notes et des images; partie 4/5

Partager

L’équipe de GRAFFICI a reçu de très nombreux messages positifs à la suite de la publication de nos dossiers spéciaux portant sur les dernières sorties littéraires (novembre) et musicales (février). Afin d’offrir un tour d’horizon plus exhaustif et fréquent des oeuvres réalisées par les artistes de notre région, nous avons décidé de créer cette nouvelle section intitulée Des mots, des notes et des images. Cette dernière fera dorénavant partie de chacune de nos parutions et permettra à nos lecteurs de prendre connaissance des nouveautés culturelles gaspésiennes à ne pas manquer. Bonne lecture!

Ne m’éteins pas

Flora Gionest

CHANDLER | Après un début de carrière exclusivement anglophone, l’artiste de Chandler Flora Gionest a dernièrement lancé la chanson Ne m’éteins pas, sa première oeuvre en français. Elle qualifie sa chanson « d’hymne à la résilience », après une année particulièrement éprouvante.

« Ne m’éteins pas fait référence à une envie de renaître, un peu comme un phénix renaît de ses cendres », lance l’ artiste gaspésienne. En 2020, Flora Gionest a reçu un diagnostic qui a chamboulé sa vie. « Cette nouvelle a eu un impact sur mon quotidien, sur toute ma vie, et Ne m’éteins pas a été ma façon de me réapproprier l’année », explique-t-elle. Il s’agit de la première fois que Flora enregistre une chanson en français, une expérience qu’elle s’ est promise de tenter à nouveau. « Dès que j’ ai commencé à m’intéresser à la musique, je n’ai pas beaucoup connecté avec la musique francophone. Je ne sentais pas qu’elle me représentait, contrairement à certains artistes extravagants et colorés anglophones. Je me suis inspirée de ces artistes en premier puisque c’était ce que je connaissais », note-t-elle.

« Même si je suis plus à l’aise en anglais, j’aime la richesse de la langue française », nuance l’artiste. « Les mots sont beaucoup moins poétiques en anglais », juge Flora. Même si elle n’était pas habituée à composer dans la langue de Molière, la chanteuse gaspésienne a été surprise par la facilité qu’elle a eue à écrire la chanson. « Je l’ai écrite en 30 minutes. C’est vraiment venu tout seul, même si ce n’est pas la même chose que d’habitude », se réjouit-elle.

Réalisée avec le compositeur électro et disc-jockey Robert Robert, Ne m’éteins pas offre un son beaucoup plus pop et rock que la dernière parution de Flora, A place where no one will find us. L’artiste s’est offert quelque chose de complètement différent. « Je voulais que ça ! “fesse”, et c’est le cas! »

Flora sera au festival BleuBleu de Carleton-sur-Mer le 27 juin, si la situation sanitaire le permet.


L’image de la chanson Ne m’éteins pas de Flora Gionest. Photo : Offerte par Flora Gionest

L’apnée du soleil

Jean-François Aubé

NOUVELLE | À la base écrite pour le théâtre, la pièce L’apnée du soleil de Jean-François Aubé, de Nouvelle, s’est récemment transposée à l’audio, à l’occasion du festival du Jamais Lu. Au coeur du récit : la transmission, la poésie et la famille.

« Moi, ma stratégie, c’est de me faire couler un bon bain, me servir un verre de whiskey, mettre le son au fond et fermer les yeux, mais tout le monde a sa recette », explique l’auteur. Écrite il y a quelques années dans le but d’être un jour jouée sur scène, la pièce s’est ajustée à merveille au format de la baladodiffusion. « Ça m’a un peu fait peur quand on a choisi ma pièce », avoue M. Aubé. « Finalement, puisque l’approche est vraiment dans le style des radio-théâtres, il n’y a pas eu beaucoup de changements. En fait, j’ai eu très envie de faire des changements pour l’adapter, mais on m’a dit que ce n’était qu’un réflexe d’auteur et de faire confiance aux gens. »

La pièce, qui dure plus ou moins une heure trente, se déroule sous la trame de retrouvailles entre frères et soeurs pour régler la succession du père. « Les gens autour de moi commencent tous à être dans cette situation-là. Qu’est-ce qu’on veut retenir de nos parents, qu’est-ce qu’ils vont nous transmettre? », se questionne l’enseignant en Arts, lettres et communications au Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Carleton-sur-Mer. Habitué aux plateaux de fiction dans ses jeunes années, le réalisateur et scénariste dit avoir repris le goût de la création depuis l’enregistrement de sa pièce. « J’adore travailler avec des comédiens. C’est un monde qui me manque », admet-il. Même s’il n’a pas de projet précis en ce sens, Jean-François Aubé est ouvert à voir sa pièce sur les planches d’un théâtre dans le futur. « J’attends les offres ! »

Le montage sonore de la pièce a été réalisé par la compositrice gaspésienne Mathilde Côté. Les voix sont assurées par les comédiens Frédéric Boivin, Hubert Lemire, Hubert Proulx, Reynald Robinson, Marie-Claude St-Laurent et Catherine De Léan. Cette dernière campe notamment le personnage de l’avocate Véronique Lenoir dans la populaire série District 31. Pour écouter L’apnée du soleil, rendez-vous sur le site Web du festival du Jamais Lu ou sur la page Soundcloud du festival.


Affiche utilisée par le festival du Jamais Lu pour présenter la pièce L’apnée du soleil. Photo : Offerte par le festival Jamais Lu

Lire la partie 1

Lire la partie 2

Lire la partie 3

Lire la partie 5