• samedi 02 juillet 2022 04 h 54

  • Météo

    15°C

  • Marées

Actualités

Culture
8 juin 2022 15 h 23

FESTIVALS EN GASPÉSIE : LES LEÇONS DE LA PANDÉMIE – partie 7/8

Certains ont été forcés d’hiverner pendant les deux dernières années. D’autres ont dû modifier en profondeur leur façon de fonctionner pour offrir une version de leur événement remaniée. Sont alors nées des propositions qui parfois sont restées. L’onde de choc a permis tantôt de se recentrer, tantôt de voir émerger de nouvelles idées. Dans l’ensemble, la tempête est chose du passé et tous anticipent un avenir plus ensoleillé. GRAFFICI est allé à la rencontre des festivals de la Gaspésie pour savoir comment la pandémie les avaient touchés.

Pause forcée après seulement une année

GRANDE-VALLÉE | Le Festival country de Grande-Vallée a joué de malchance. Après une première édition couronnée de succès en 2019, l’organisation n’a pas été en mesure de profiter de l’engouement immédiat comme tremplin pour les événements suivants.

Au lieu de cela, l’équipe de bénévoles a dû complètement mettre sur pause son festival pendant deux ans, en 2020 et 2021. Mais il est bel et bien de retour, plus vivant que jamais. « Les gens pensaient qu’on n’allait jamais avoir de deuxième édition, mais on est là! », se réjouit le président de l’organisation, Allen Gleeton.

Lors du premier et seul événement, le comité organisateur avait réussi à attacher un budget d’exploitation de 75 000 9 $ en dons et commandites, sans aucune aide gouvernementale. Heureusement, le Festival avait réussi à clore ses trois jours de festivités dans le « vert », se dégageant un léger surplus financier lui ayant permis de se garder la tête hors de l’eau pendant sa pause forcée. Parmi les points positifs, la jeune équipe n’avait pas à amortir de dispendieuses immobilisations.

« C’est un peu pourquoi on a réussi à survivre. Un jeune festival comme le nôtre, on n’a pas de ressources humaines permanentes, de secrétariat, d’infrastructures, d’équipements ou de bâtiments à maintenir. C’est ce qui a réussi à nous garder en vie, sinon on serait passés à la trappe », analyse Allen Gleeton.

Au contraire, le Festival country de Grande-Vallée a augmenté son budget à 100 000$ cette année, dont 70 % en commandites. Une compétition de gymkhana équestre et une autre de motocross seront ajoutées. Les 60 bénévoles devraient tous être de retour. Les quelques ajustements auront plutôt été imputables à leurs partenaires. Deux groupes qui étaient au programme n’ont, par exemple, pas été en mesure de remplir leur obligation puisqu’ils ont perdu certains de leurs musiciens pendant la pandémie. Des remplaçants ont cependant rapidement été trouvés.

« En fait, pour nous, la principale problématique a été pour la réservation de la sonorisation et le chapiteau. C’est un peu la folie. Les compagnies ont délaissé un peu d’inventaire parce qu’il n’y avait plus aucun événement. Là, tout repart en même temps, mais on a réussi à s’arranger », précise Allen Gleeton.

En 2019, un achalandage de 3000 personnes était espéré et ce sont finalement 4200 festivaliers qui avaient été comptabilisés. Les commerces avaient, quant à eux, enregistré une hausse de leur chiffre d’affaires de 15 % comparativement à la même période l’année précédente. Le Festival country de Grande-Vallée pourra-t-il continuer à surfer sur la vague malgré deux années d’arrêt?

« On y croit! Et si on a un succès aussi bon qu’en 2019, c’est certain qu’on va être davantage dans le siège du conducteur pour encore plusieurs autres années », conclut le président.


Les 60 bénévoles du Festival country de Grande-Vallée et leur président Allen Gleeton (centre) seront de retour du 29 au 31 juillet après deux années de pause forcée. Photo : Jean-Philippe Thibault

 

Pour lire la suite du dossier festivals :

Partie 1/8 Les Percéides
Partie 2/8 Le festival en chanson de Petite-Vallée
Partie 3/8 Festival de musique du bout-de-monde
Partie 4/8 BleuBleu
Partie 5/8 Foire agricole et festival de musique de Shigawake
Partie 6/8 La fête du bois flotté
Partie 8/8 Le festi-plage