• mardi 29 novembre 2022 10 h 52

  • Météo

    -5°C

  • Marées

Actualités

Culture
8 juin 2022 15 h 24

FESTIVALS EN GASPÉSIE : LES LEÇONS DE LA PANDÉMIE – partie 4/8

Gilles Gagné

Journaliste

Partager

Certains ont été forcés d’hiverner pendant les deux dernières années. D’autres ont dû modifier en profondeur leur façon de fonctionner pour offrir une version de leur événement remaniée. Sont alors nées des propositions qui parfois sont restées. L’onde de choc a permis tantôt de se recentrer, tantôt de voir émerger de nouvelles idées. Dans l’ensemble, la tempête est chose du passé et tous anticipent un avenir plus ensoleillé. GRAFFICI est allé à la rencontre des festivals de la Gaspésie pour savoir comment la pandémie les avaient touchés.

BleuBleu: l’imagination au service de la diversité

CARLETON-SUR-MER | Il est difficile de savoir maintenant si un événement peut ressortir de la pandémie plus fort qu’avant mars 2020. Tout le monde se serait passé volontiers de cette tare mais l’imagination déployée pour qu’un événement comme BleuBleu en sorte grandi est impressionnante.

BleuBleu a été lancé au printemps 2019 afin de redonner à Carleton-sur-Mer un événement musical, sept ans après la fin du Maximum Blues. L’objectif des conceptrices consistait alors à profiter de la grande diversité de magnifiques lieux géographiques du secteur, et de l’allier à des spectacles, majoritairement présentés par des musiciens émergeants.

La plupart des lieux choisis pour les spectacles présentaient une capacité fort limitée, ce qui a souvent occasionné une vente de billets réglée en quelques minutes. Le premier événement, en juin 2019, a été couronné de succès.

BleuBleu a été annulé en 2020 en raison de la COVID-19, mais quelques spectacles ont été présentés en août devant une poignée de personnes. Il fallait garder la flamme allumée. Le retour du festival du 24 au 27 juin 2021 a été salué chaleureusement.

« On devait travailler avec la contrainte du maximum de 250 personnes par lieu de spectacles, même à l’extérieur. On a gagné une maturité sur d’autres plans. La COVID a été une plus grande charge logistique. C’est comme si on n’avait pas eu l’adolescence », rappelle Myriam-Sophie Deslauriers, cofondatrice, directrice de production et codirectrice artistique de BleuBleu. « En termes de consolidation de l’équipe, on a appris comment on s’adapte à des conditions qui changent. On a appris à travailler ensemble et c’est une belle marque de croissance pour l’organisation. »

Sa collègue, directrice générale et cofondatrice Anne-Julie Saint-Laurent, précise que « la pause nous a permis de travailler sur la structure de l’organisme et sur les ressources humaines. Les premières années, on a fonctionné avec des contacts et beaucoup de bénévolat, mais pour assurer une pérennité, il fallait développer les ressources humaines. On a créé quatre nouveaux postes et on a commencé à se payer. Ça va nous aider à durer. »

Les effets de la pandémie n’ont pas disparu et cet accent placé sur la stabilisation du personnel servira à franchir des obstacles absents en 2019.

« Ça nous a laissées dans une industrie marquée par la pandémie. On le sent dans le prix des choses, dans nos exercices budgétaires. Le budget, la main-d’oeuvre, c’est difficile. La machine est moins bien huilée. Ce n’est pas seulement avec les artistes ou avec les gérants. Toutes les couches, les équipes techniques de l’industrie musicale ont mangé une claque. Beaucoup de personnes ont lâché l’industrie. Les soumissions ont doublé, les techniciens sont durs à trouver », analysent mesdames Deslauriers et Saint-Laurent.

La capacité d’écoute de l’organisation afin de répondre aux attentes de sa clientèle semble toutefois intacte. BleuBleu 2022 aura lieu du 23 au 26 juin.

« On fonctionne par coup de coeur et on n’a pas de ligne établie; ça se fait de façon organique. Après deux ans de shows intimistes, là, on y va en visant plus de monde. On a du hip hop, Hubert Lenoir, Marjo. On garde des spectacles intimistes, mais on est allés vers des affaires qui font danser », souligne Myriam-Sophie Deslauriers.


BleuBleu mettra l’accent sur des spectacles caractérisés par de plus grands auditoires et de l’expérimentation en 2022, mais la formule intimiste, mettant l’accent sur le paysage, sera maintenue. Le nombre de bénévoles s’élèvera à 90 en 2022. Photo : Gilles Gagné

 

Pour lire la suite du dossier festivals :

Partie 1/8 Les Percéides
Partie 2/8 Le festival en chanson de Petite-Vallée
Partie 3/8 Festival de musique du bout-de-monde
Partie 5/8 Foire agricole et festival de musique de Shigawake
Partie 6/8 La fête du bois flotté
Partie 7/8 Le Festival country de Grande-Vallée
Partie 8/8 Le festi-plage