• samedi 02 juillet 2022 04 h 06

  • Météo

    15°C

  • Marées

Actualités

Culture
8 juin 2022 15 h 41

FESTIVALS EN GASPÉSIE : LES LEÇONS DE LA PANDÉMIE – partie 2/8

Certains ont été forcés d’hiverner pendant les deux dernières années. D’autres ont dû modifier en profondeur leur façon de fonctionner pour offrir une version de leur événement remaniée. Sont alors nées des propositions qui parfois sont restées. L’onde de choc a permis tantôt de se recentrer, tantôt de voir émerger de nouvelles idées. Dans l’ensemble, la tempête est chose du passé et tous anticipent un avenir plus ensoleillé. GRAFFICI est allé à la rencontre des festivals de la Gaspésie pour savoir comment la pandémie les avaient touchés.

Le Festival en chanson de Petite-Vallée « forcé de s’amuser » malgré le contexte pandémique

PETITE-VALLÉE | En 2020, l’organisation avait dû se renouveler en présentant un festival éclaté avec des événements disséminés pendant l’été. « Heureusement, nous avons réussi à être créatifs avec toutes ces contraintes sanitaires. Je peux dire, quasiment avec le sourire, que nous avons été forcés de nous amuser avec cet effet COVID pour explorer les paramètres du festival », relate Marc-Antoine Dufresne, le directeur artistique adjoint au Village en chanson de Petite-Vallée.

Avec la pandémie, le Festival a opté pour des spectacles à l’extérieur alors qu’habituellement il privilégie une approche plus traditionnelle, c’est-à-dire des spectacles presque exclusivement en salle. « Nous avons donc pris d’assaut les villages environnants en créant de nouvelles scènes », explique-t-il. À Grande-Vallée, des spectacles ont eu lieu dans les hauteurs du village devant l’un des paysages les plus emblématiques du territoire, à la halte routière située à l’entrée de la municipalité. À même le coeur de Petite-Vallée, l’organisation a érigé une scène magnifique sur l’esplanade du Théâtre de la Vieille Forge située devant la mer.

Du point de vue de la programmation, le comité organisateur a eu l’idée du concept des « marées » en 2021, dans un souci d’authenticité. « Nous ne pouvions pas accueillir autant d’artistes qu’on le voulait. Alors, nous avons voulu donner une couleur particulière à l’événement », justifie Marc- Antoine Dufresne. Ainsi, les marées ont été créées dans le désir de réunir des familles d’artistes qui allaient produire des spectacles uniques. Cette année, Alan Côté, le directeur général et artistique de l’événement, pousse la note plus loin en créant la vague « une marée gaspésienne » dirigée uniquement par des artistes locaux, ainsi que celle du « nouveau monde » décrite comme « une invitation à la découverte, au voyage et au temps commun ».


Le comité organisateur a eu l’idée du concept des « marées » en 2021. Photo :Offerte par Village en chanson de Petite-Vallée – Alexandre Cotton

« Nous avons réalisé que nous sommes un important pôle de création artistique grâce aux nombreuses résidences que nous avons offertes pour qu’elles créent des spectacles uniques que nous présentons ensuite au Festival », révèle Marc-Antoine Dufresne.

En effet, toutes ces nouveautés amenées par la COVID-19 ont réussi à faire grandir le festival tout en lui permettant de conserver son créneau habituel, c’est-à-dire promouvoir les artistes québécois ainsi que faire découvrir la musique émergente et issue de la diversité, surtout autochtone. « La pandémie a mis notre résilience et notre agilité à dure épreuve. Je peux toutefois dire qu’avec l’incendie qui a ravagé le Théâtre en 2017, nous sommes définitivement prêts à faire face à n’importe quels aléas de la vie », raconte avec humour le directeur artistique adjoint.

Il avance néanmoins qu’étant à la tête d’un festival estival, il leur a été beaucoup plus facile de donner un semblant d’existence à l’événement, du moins en 2020. « Il y a toujours eu un relâchement des mesures sanitaires pendant l’été qui nous a permis de maintenir nos activités à un niveau enviable », se rappelle Marc-Antoine Dufresne. En 2021, l’événement a écoulé en moyenne la moitié moins de billets qu’à l’habitude. Les retombées économiques ont été de l’ordre de 3 millions de dollars (M $) pour un budget de 1,8 M $ grâce aux 56 spectacles animés par les trois grandes marées du Festival en chanson. Deux cents artisans et bénévoles ont veillé à ce succès.

Rappelons que le 39e Festival en chanson de Petite-Vallée se déroulera du 30 juin au 9 juillet 2022. Sa programmation réunit une soixantaine d’artistes, dont Paul Piché et Émile Bilodeau qui agissent à titre d’artistes passeurs. L’organisation s’attend à accueillir près de 20 000 visiteurs.


Marc-Antoine Dufresne, le directeur artistique adjoint au Village en chanson de Petite-Vallée. Photo :Offerte par Village en chanson de Petite-Vallée – Alexandre Cotton

 

Pour lire la suite du dossier festivals :

Partie 1/8 Les Percéides
Partie 3/8 Festival de musique du bout-de-monde
Partie 4/8 BleuBleu
Partie 5/8 Foire agricole et festival de musique de Shigawake
Partie 6/8 La fête du bois flotté
Partie 7/8 Le Festival country de Grande-Vallée
Partie 8/8 Le festi-plage